En février 2015, l’association Carlton Smile Charity lançait la campagne Smile4Peace. Parce que même si on n’en parle pas tous les jours de mon côté du Cameroun, des innocents souffrent encore des actes immondes perpétrés par la secte Boko Haram. Il fallait agir. L’objectif de la campagne était de récolter des fonds par appel à participation du public, et grâce à la volonté et à l’esprit d’entraide que mon frère camerounais sait malgré tout démontrer, il a été atteint.

Mais le combat continue.

IMG-20150817-WA0000

Le 20 août 2015 à Yaoundé, Smile4Peace et le photographe Tito Valery nous invitent au vernissage de l’exposition photo « The Northern Survivors« , qui relate ce qu’ils ont vécu et vu durant leur voyage en zone de conflit. Si c’est le moment où tu me demandes en quoi tout ceci te concerne, voici trois raisons qui prouvent que tu ne perdrais rien à y faire un tour.

  1. Art For Peace.

On a souvent discuté du rôle que peut jouer un simple avis devant une situation critique. « Tu penses que des gens souffrent c’est bien, mais si tu veux vraiment les aider, tu n’as qu’à retrousser tes manches et à prendre les armes« , ce genre de réflexion. Je ne crois pas que tout le monde soit capable de repousser des assauts fusil au poing. Mais ça ne signifiera jamais pour moi que seul le BIR est habilité à défendre les couleurs du drapeau.  Je pense que chaque camerounais, quel que soit son profil, a quelque chose à apporter si il accepte de mettre son potentiel au service du groupe. Je pense que la place de l’art, dans une société, n’est pas seulement de créer des supports qui seront agréables à nos sens, mais aussi de sensibiliser des populations, les pousser à s’intéresser à une cause qui n’est pas forcément individuelle, de créer un discours positif dans un contexte négatif. Et c’est ce que The Northern Survivors propose: de l’art pour la solidarité, de l’art pour la paix.

2. La collaboration.

Un concept assez évoqué dans le domaine culturel camerounais, mais pas toujours appliqué. Comme si on avait tous compris qu’une main seule n’attache pas un paquet, mais qu’on préférerait quand même que tout le monde se souvienne avant tout de notre main. The Northern Survivors est un récit à l’intérieur d’un récit. L’histoire d’une poignée d’hommes qui ont agi pour d’autres hommes sans demander leur reste, l’histoire de victimes innocentes qui ont vu des mains inconnues se tendre vers elles et leur apporter un réconfort inattendu. Et parce qu’il est temps d’abattre le mur d’indifférence ou d’ignorance feinte qui nous éloigne de la réalité de l’autre, tout ce qui s’est passé et se passe à Fotokol, Kolofata, Maroua, doit être retenu et livré sous la forme d’un récit, afin que plus personne ne rate la lumière et le bien qui peuvent émerger d’une bonne collaboration.

3. Le Street Corner.

Comme son nom l’indique, c’est un café tout ce qu’il y a de sympathique situé au coin d’une rue, quelque part au quartier Nlongkak (te casse pas la tête, c’est juste en face du Bikers). Le décor fait Hip-Hop underground, le service est agréable et la musique est assez forte pour que tu puisses la savourer mais sans te forcer à hurler dans l’oreille de ton voisin pour te faire entendre. Donc tu peux déjà être sur que tu vas y passer un bon moment, sans sortir de là avec une migraine d’anthologie. Tu vas peut-être y faire de belles rencontres, ou croiser des personnes qui te manquaient un peu, ou te jeter dans des débats endiablés sur la géopolitique, l’art, la musique, tout ce que tu veux. Et puis c’est une expo photo, si ça se trouve il y’aura de la nourriture et des boissons gratuites.

IMG-20150818-WA0009

Jeudi le 20 à 17h30, heure du Carrefour Bastos.

Tu viens ?

Brought To You By Messy Dawn

Laisser un commentaire