Le defi se racontait juste à travers le titre: The Birth Of Makedah, le 04/12/2015 à 19h30 au Centre Culturel Camerounais, à 5000F. Entre retour triomphal d’une Danielle Eog Makedah sur scène et nouveau concept de spectacle musical passé presque sous silence, IGD vous propose toute l’histoire, telle que vécue par une plume assise aux premiers rangs.

 

Quelle est la première image qui te vient à l’esprit quand tu repenses à cette soirée Souls n Songs?

 

Image. Je croyais qu’on parlait de sons :) . Un instant. ….  Une salle noire et des lumières bleues, voilà. Un peu comme un ciel étoilé donc. Première image : Une scène,  une ambiance tamisée. Première scène, une voix, des frémissements de cordes et membranes, et … je m’arrêtai la avant de répondre à une question autre que celle posée :) .

 

im1

 

La première édition des sessions acoustiques Souls n Songs est introduite via les réseaux sociaux par le concept « Elle Te Parle ». Est-ce que les messages t’auront… Parlé?

 

Juste en guise d’indication, je passe beaucoup moins de temps sur les réseaux sociaux ces jours ci, donc elle aurait pu ne pas me parler. Malheureusement  ( ou heureusement ) j’ai reçu un partage directement via une plateforme de messagerie instantanée. Le ton et la justesse des premiers messages, mêlés à un mystère assez bien entretenu, m’ont donné envie de suivre l’évolution du compte, de l’écouter parler, et par la même occasion observer ses interactions avec  les autres. La phase des messages manuscrits était comme une promesse, l’annonce de quelque chose de spécial et de profond,  mais étonnamment, le partage était quasi nul. 2 ou 3 personnes directement liées au projet. Même ceux ayant gribouillé de jolis poèmes sur papiers semblaient ne pas juger nécessaire de parler de ce projet directement,  pourtant bénéficiant en général d’une meilleure audience que les comptes naissants qui devaient assurer la promo de l’événement. A côté de ça, la mode semble être aux querelles, le sensationnel, pourtant @ElleVousParle devenu @SoulsnSongs se voulait paisible et joyeuse.  Bref…. elle a parlé :)

img2

(Crédit Photo : Souls & Songs )

 

 

Quel est ton regard sur notre musique urbaine d’une manière générale? Te décrirais-tu comme un inconditionnel de l’univers soul/neo soul camerounais?

 

Le genre de question où on a tellement à dire et presque rien à la fois (ou trop peu d’espace, de temps).

De manière générale ? :/ … pourquoi laisses-tu autant de possibilités d’angles d’attaque? Anyway !  La musique urbaine … Faisons simple ; c’est un regard plein d’attention. Parfois surpris, parfois blasé ou légèrement déçu, rarement indifférent.  J’aime beaucoup la musique, j’aime la jeunesse (idéologiquement parlant surtout) et j’aime mon pays. Dès le départ les données sont « biaisées », je ne peux qu’aimer notre musique urbaine et les initiatives autour. Ces dernières années il y a eu beaucoup de mouvements, et c’est une bonne chose. Le niveau d’exigence du public augmente aussi (relativement). Quand on a un seul rappeur, on le chérie à la limite et les légendes urbaines tarissent rarement d’éloges, mais quand le paysage se diversifie, il faut être parmi les meilleurs pour attirer l’attention. Le bémol c’est qu’à l’image du pays, le développement de l’industrie musicale n’a pas souvent les bonnes priorités. La forme est souvent plus mise en avant que le fond. L’image et le marketing semble plus important que l’art. Il faut faire comme les autres parce que c’est « hype ». Comme j’aime souvent le dire, les artistes sont le reflet d’une société, et représentent un peuple aussi bien vu de l’intérieur que de l’extérieur. J’ose juste espérer que certains continuerons à donner plus d’importance à la qualité du contenu.

Quant au second volet de la question c’est à la fois Oui et Non. Oui parce j’aime beaucoup ce style musical et qu’il y a de bonnes choses qui se font localement (Makedah, Veeby, Sanzy Viany , Edel Koulla, Adango Salicia, etc. ), non parce que l’information circule souvent peu. Les contenus sont aussi difficiles à trouver ou parfois on ignore juste qu’ils y a des Camerounais qui font ce type de musique.

 

Au delà de la programmation classique d’un concert classique de fin d’année, l’évènement est proposé comme « The Birth Of Makedah », la renaissance d’une reine du hip-hop camer, aux oeuvres peut-être méconnues du public. Est-ce que ça a changé ta perception de D.E. Makedah, en tant qu’artiste?

 

Totalement. Et je m’en excuse. Vraiment. Je dois avouer que je la connaissais peu avant. Ce concert m’a permis de toucher du doigt son talent, son éclectisme ( elle a même rappé  ,pardi ! ), mais surtout la profondeur de ses messages et sa vision du monde. C’est assez plaisant à retrouver, dans un contexte où le message transmis au travers de l’art semble être relégué au second, voir au troisième plan. Pour essayer de résumer les thèmes abordés je dirais : Conscience, Self Empowerment (les avantages d’être dans un pays bilingue 😀 ), Amour, dans toutes ses formes et au sens le plus large possible. La prestation scénique était de qualité et les sonorités étaient un pure délice. Souls N songs, my soul has been reached by those songs :)  .

 

Quelques percussions, un clavier, une guitare et la puissance vocale de Danielle Eog Makedah qui emplit la salle de spectacle du Centre Culturel Camerounais. Que garde tu de cette rencontre?

 

T’as bien raison quand tu dis que Makedah a empli la salle, parce que cette dernière n’etait pas vraiment pleine. Malgré cela comme dit précédemment, le spectacle était de qualité. Un peu court, mais vraiment agréable. Tiens, Elsa M’bala a donné la réplique à Danielle le temps d’une chanson, et ya Mr Sto qui a fait un passage éclair mais efficace (Pour la plus grande joie de ces dames 😛 , vu que le titre interprété était Would you be my wife ). Le public était un peu timide de temps en temps (on peut comprendre vu le nombre), mais Makedah savait nous « mettre bien ». Pas un spectacle acoustique au sens le plus strict du terme, mais les sonorités était originales et tout l’orchestre était au point. Un A+.

img3    img4

(Credit Photo :   Simone Swaggaholic Songue  via Laetitia Loe )

 

 

Souls n Songs promet un RDV bimestriel de sessions acoustique mettant la musique camerounaise à l’honneur. Ayant été aux premiers rangs de sa grande Première, dirais-tu que le concept est viable? Prendrais-tu un ticket pour une deuxième, voire une troisième édition?

 

Au sens qualitatif du terme le concept est plus que viable à mon sens. Il se démarque assez du trendy et semble se focaliser plus sur la musique bien faite, celle qui est assez forte pour être à la fois belle, et susciter des émotions, voir des réflexions. Souls N Songs. Même le nom a de la gueule. Ce côté élitiste ne concerne cependant pas que la sélection des artistes, et c’est à ce niveau que ça peut devenir un peu fâcheux. Si je prendrais un autre ticket à 5000 Frs ? Peut-être, mais combien le feront pour 1h30 de spectacle ?..  En plus à ce prix, les CD à la sortie auraient pu être offert. Mais non, il fallait débourser un autre 2000 Frs (Si j’ai bonne mémoire) pour en acquérir un. Il est clair que les artistes doivent pouvoir vivre de leur art, mais le meilleur moyen d’y arriver c’est sans doute de s’adapter au mieux à son contexte social. Peut-être en fonction du public visé cet aspect peut être revu. (Un prix plus bas ? Même pricing mais show plus long et plus diversifié ? Beaucoup de possibilités.) Et comme je disais plus haut, la communication était assez timorée, point à corriger aussi à mon avis. Ce projet doit survivre, et il le fera sans doute s’il s’adapte, mais toutefois sans perdre ce qui fait tout son charme.

 

 

A Story by  Aj  &   Messy Dawn

Laisser un commentaire