Trois contextes, trois types de force, peut-être pas des styles similaires…
Mais c’est la même énergie qui anime nos plumes au moment où nous lâchons ces mots, la même passion pour ce Hip Hop du vert rouge jaune. Entre collines et terre rouge, cocktails au Cocobar et freestyles uniques en radio, trois villes, quelques lignes et des talents à surveiller

 

Buea , by Titine.

 

Si vous connaissez le #237industrynite de Buea, alors vous avez une idée de ce que représente la musique urbaine camerounaise de ce coté . Sinon, et bien mettez vous à la page les gars.

Il faut dire qu’ils sont dans une autre bulle de ce coté du pays. Du genre, cherche pas de quoi manger dehors le dimanche même le eru mon frère oublie, il n’y a pas. À mon avis Buea c’est un peu la ville à surveiller de près côté talents urbains 237, demande à Tony Nobody il sait. Des artistes bourrés de talent pas très connu du grand public (plus pour longtemps je pense).

J’ai eu le plaisir de bouger mon corps pendant une de ces soirées du #237industrynite, c’était au EBONY SNACK Bar. Les artistes se mêlent au public en mode free. Tu verras un Arré debout danser sur un titre d’un autre artiste sur scène (normal). 

Les artistes à surveiller de près à Buea y’en a tellement. Arré, Mic Monsta ,Beatballer qui a fait le refrain de « seriously » Salatiel, Nami Nami Cyrus,  pour ne citer que ceux-là.

Parlant d’Arré,

4d1ad40d7512011b86c53e59ae8bed43

(Crédit Photo : MAIN MUSIK)

  le protégé de MAIN MUSIK. Un lover. Malgré le froid de Buea le mec est toujours (ou presque) en débardeur (money no caisse … TMTC) Ses inspirations: sa mère, bébé Manga, Tom yom’s (RIP). La première fois que j’écoute son titre « love won’t take much time »  i’m like ‘’ oh my god ‘’ Janice’s Voice. What a song . Lors de son passage au freaky Friday y’en avait que pour les filles. A Buea si tu croises Arré généralement Mic Monsta n’est pas loin.

Une gueule d’ange

credit photo kreef

(Crédit Photo : Kreef Entertainment)

discret et réservé mais un monstre au micro. Mic Monsta est un produit de KREEF ENTERTAITMENT. Le flow de Mic monsta Sur la reprise de  KING KONG (rien à voir avec le king lol) de Vector :  le feu.

 

Il a tout : le swagg, l’attitude, everything. Je me souviens de la réaction de ma Partner in Crime quand je lui fais écouter le son, elle a craqué avec raison. Vivement la sortie de son nouveau son tant attendu en préparation.

La touche féminine de cette note , 
NDIP
Jennifer EWUBE la coqueluche de BEST MUSIC. Plus de 2000 vues sur youtube, dès la première semaine de publication de Party All Nyte. Sa voix particulière et son style dance hall cadre parfaitement avec ce tube, qui répond amplement aux attentes de ses fans. Vous l’avez surement écouté dans la MBOA TAPE 3 avec le son « Trowey ». Une perle. Sa prestation au Douala HIP HOP Festival was DOPE. EWUBE se fait une place dans le game.

credit photo best music

(Crédit Photo : Best Music Inc)

 

 

 

Yaoundé , by Messy Dawn.

 

 

Terre rouge, collines coupeuses de souffles et protocoles ministériels, terre de Bikutsi, des filles qui te taxent le poisson braisé et des snacks mal famés, je laisse ma plume déraper et je me oins allègrement de tes adorables clichés: #JeSuisUneYaoundé.
Pas le Yaoundé dont tu crois avoir fait le tour après un demi-pain porc du carrefour Bastos et la playlist si difficile à changer du Black and White.
Le Yaoundé d’entre les lignes de Venum, Docteur ès punchlines et infatigable soldat du rap underground camerounais depuis les années 90.

img_20160318_132622.jpg

(Crédit Photo : Venum )

 

Aura-t-on jamais fini de pleurer ces artistes au talent inversement proportionnel au nombre de vues sur leur dernier clip? ADDN sur tous  ces frileux, le flow du mec vient straight out of Briqueterie et ne se raconte que tel qu’il est, ou qu’il sera d’ici peu: nerveux, couronné de succès et nageant insolemment dans la sueur de son front changée en or avec le temps.

 

 

Le Yaoundé qui ne rigole plus en 2016 d’Aliena, a.k.a Le grand frère à l’origine d’un silence gêné sur les réseaux sociaux.

img_20160318_134842.jpg

(Crédit Photo : Aliena )

 

Voix grave jusque là sans visage pour moi qui singeait le LSM Gang dans une des soirées Freestyle du Street Corner, je me suis vue taper son nom dans toutes les barres de recherches d’Internet pour mieux connaître celui qui a invoqué le delestage sur le swag des enfants d’autrui en plein 50-50. Il te frappe comme le karma, violence du coup à la hauteur du manque de respect, mais ce serait trop facile si son potentiel se limitait à une réponse -bien placée- à un clash, n’est-il pas?

Le Yaoundé chaud, suave et sensuel d’Adango Salicia.

img_20160318_132617.jpg

(Crédit Photo : Adango Salicia )

C’est la touche dejantée totalement assumée du collectif Hip-Hop Developpé, si tant il est possible de faire encore plus déjanté que le HHD Lui-même. Mais il faut la voir sur scène pour comprendre. Adango vient d’ailleurs, du Gabon et du Cameroun en même temps, ses influences viennent de toute sonorité qui s’apparente au blues, à la soul ou au rock saturé d’une Janis Joplin, à qui elle aura donné un nouveau souffle de vie dans une surprenante reprise live de Summertime . Intervention remarquée dans le volume 3 de la Mboa Tape avec Sweet and Sexy, elle porte le flambeau de cette génération culturellement diverse qu’on ne rougira jamais de présenter comme une référence !

Douala , by Aj.

 

33 degrés à l’ombre …

Transpiration juste après s’être douché, nangas pullulant dans les rues d Akwa,

bendskineurs roulant en sens opposé, faut-il rajouter quelque chose pour comprendre qu’on est au sein du poumon économique de l’Afrique centrale (rire étouffé),

la ville qui n’a pas attendu la 4G pour être speed.

C’est aussi avec Yaoundé une des villes pionnières ( comme pour à peu près tout d’ailleurs ) du HipHop237, on a encore en mémoire l’époque du Dla vs Ydé Game ( avec des « Originels » comme Big B-zy, Bantou Klan/Posi, Negrissim, Boudor, Saddrak, Ak Sang Grave, Ra-Syn, Parol, etc ),  qui a laissé place au presque Anglo vs Franco Game, sur lequel vient s’adosser le  I’m the King/God Game . En gros c’est une histoire de Game, Egotrip sans s’étriper (pour le moment), une compétition de Gladiateurs en somme (bon … parfois juste dans la tete des fans ) . Et des contenders il y en a, des étoiles filantes, des pétards mouillés, des forts potentiels, des morts nés. Ils ont le Bon, la brute et le truand, ici on aura :

 

The Story Teller …

Avec Presque toujours une touche d’humour dans ses textes (du moins, les plus connus), le travail de Mink’s me parvient pour la première fois dans la Mboa Tape 3 (Ne me  jugez pas). 

img_20160318_134853.jpg

(Crédit Photo : Mink’s )

De toutes les qualités qu’on peut attribuer à un rappeur, il se démarque clairement dans ses capacités de story stelling (même si le Bro semble avoir un problème particulier avec les « gos » la , les Panthères qui se font sponsoriser, et tout ça 😛 ). Mais il suffit d’écouter d’autres titres de l’artiste comme Ivoire Noir ou Au Dela des Mots pour saisir l’ambition « lyricale » du poulain d’Ach4Life. Un projet pour 2016 ? Let’s wait and see, peut être dira-t-on encore qu’il  dérange …

 

The Lyricist …

« Lyricisme » ? il en a clairement fait son cheval de bataille, son Excalibur, son … son … [ ! ] L’autoproclamé Roi du Porno, Loic Nkono, est un sacré Numéro.

img_20160318_134848.jpg

(Crédit Photo : Loic Nkono )

Quand il ne s’en prend pas à tout le Game en mode EgoTrip comme dans « Querelleurs , Querellons » ou « Rage I guess »  , il peut aussi bien, arborer la parure du panafricaniste (The Message) , parler des réalités des relations XX-XY des jeunes de son époque, [en samplant un classic comme Poetic Justice de Drake & Kendrick Lamar (On se Mérite) ]  que prêcher le culte de l’effort en décrivant de manière toujours très imagée les tares qu’il reproche à la société. (Thème assez récurrent chez Loic, qu’on retrouve par ailleurs dans #EruMusic). Les voies vers lesquelles il peut nous mener à travers ses textes ? Nous en saurons sans doute plus après la sortie de son EP, probablement courant 2016.

 

The Eclectic …  

Avec son EP délivré gratuitement en ligne le 30 Décembre 2015, le fils bankon de Manduka marque un point important dans sa carrière. Considéré par beaucoup comme son premier projet solo, Angel est en fait la matérialisation de la symbiose des différentes influences musicales qui hantent le talentueux Edel Koulla.

img_20160318_132628.jpg

(Crédit Photo : Edel Koulla)

Mais il vient de loin. Actif depuis 2002, son premier album (entièrement produit par Wadasé) voit le jour en 2006. Les sonorités fusent en toute liberté sans se préoccuper de suivre un genre particulier, on peut entendre Edel poser excellemment sa voix sur un beat Raggae (Bang Bang) ou faire une performance Jazz tout à fait au point (Keep On Turnin’). The world is a cake (Titre de l’album) et Edel se délecte de chaque part sans gêne, mais ne semble pas encore avoir trouvé son empreinte. Sur Angel, il réussit à fusionner diversité et homogénéité. La production presque entièrement assurée par Moula s’appuie sur des percussions au tempo lent (façon Hip Hop), avec des sonorités aux influences Makossa, Jazz, RnB, Pop, etc. Les lyrics ont des connotations Gospel, Soul (langueur vocale, lovemaking stories), Ngosso, des bribes d’egoTrip et des pincées de satire sociale. Eclectisme, disais-je. Celui dont les « hooks » sur ses collaborations ne passent jamais inaperçus (#NDjeMo, #SnapMeaSelfie, #BangandoStar, #TDTVD, etc.) a certainement encore de belles choses à nous montrer …

 

La température semble être montée d’un cran la,

ou c’est juste le ventilo qui s’est arrêté :/ …

 

 

 

A Story by Titine, Messy Dawn & Aj.

Showing 2 comments
  • KHARIM V
    Répondre

    des flammes en guise d’encre cet article est violent j’ai vraiment apprécié!!!

    • Messy Dawn
      Répondre

      Thank You Veve ! Reviens souvent par ici, tu devrais apprécier le reste aussi 😀

Laisser un commentaire